Compte de résultat : définition, présentation et analyse

François Menjaud
September 28, 2021
11 min

Le compte de résultat (CR) est - avec le bilan - le document comptable le plus connu. Il est très utile pour faire des comparaisons (entre plusieurs périodes, ou plusieurs entreprises) et calculer des marges et des soldes intermédiaires de gestion.

Si la trésorerie est le carburant de votre entreprise, le compte de résultat est le contrôle technique. Il doit être établi régulièrement, pour analyser les performances de votre business. En comparant les produits aux charges, vous obtiendrez des marges et des résultats. Plus ces derniers sont importants, plus votre trésorerie le sera potentiellement aussi. L’analyse du compte de résultat se fait régulièrement, pour maintenir et améliorer les performances de votre entreprise.

Dans cet article, nous vous disons tout à propos du compte de résultat : définition, objectifs, construction et analyse. Vous verrez qu’il n’y a pas besoin d’être expert-comptable pour comprendre l’essentiel de ce document, et pour savoir l’utiliser de la meilleure des manières.

Deux collègues en réunion en train d'analyser un tableau de board.



Qu’est-ce que le compte de résultat ?

Le compte de résultat est un document comptable obligatoire. Il comptabilise l’ensemble des charges et des produits d’une entreprise sur une période donnée. La différence entre l’ensemble des produits et des charges donne le résultat net comptable. Si ce dernier est positif, l’entreprise dégage un bénéfice. S’il est négatif, elle réalise une perte. En anglais justement, le compte de résultat se traduit par “Profit and Loss account” (P&L) : compte de pertes et profits.

Construisez un prévisionnel fiable avec Fygr
Le logiciel de gestion et prévision de trésorerie pour les TPE et PME.
Essayer gratuitement

Le rôle et la place du compte de résultat dans la finance d’entreprise

En finance d’entreprise, le compte de résultat a un rôle clé : il sert de base pour calculer des indicateurs de performance économique et financière. Parmi ces indicateurs, nous pensons particulièrement aux soldes intermédiaires de gestion (SIG). Les financiers construisent et analysent également différents ratios, pour suivre les performances de l’entreprise et les comparer aux données concurrentielles.

C’est donc un document riche en informations utiles pour les financiers (ET pour les dirigeants d’entreprise 😉). Rendez-vous dans la partie 4 de cet article pour en savoir plus sur les SIG et les ratios du CR les plus pertinents pour vous.

Compte de résultat et bilan : quelles différences ?

C’est LA question la plus souvent posée en comptabilité. Si le compte de résultat et le bilan font partie des comptes annuels obligatoires (avec l’annexe), ils ne contiennent pas les mêmes informations et n’ont pas le même objectif. L’essentiel à retenir est cela :

  • Le bilan présente le patrimoine d’une entreprise : l’ensemble de ses actifs (ce qu’elle possède) et de ses passifs (ce qu’elle doit). C’est dans ce document que vous trouverez la trésorerie, les emprunts, les immobilisations ou encore, les capitaux propres.
  • Le compte de résultat présente les charges et les produits d’une entreprise sur une période. Les charges correspondent en grande partie aux dépenses de l’entreprise (achats, salaires, etc.), alors que les produits correspondent à ses ressources (les ventes par exemple).

Le CR aboutit sur le résultat de l’exercice (différence entre produits et charges). Ce dernier sert à équilibrer le bilan, dont le solde est toujours égal à zéro (actif = passif). Il y a donc un lien entre ces deux documents comptables. Notez que l’annexe - troisième document comptable obligatoire - complète le bilan et le CR en apportant des précisions et des explications sur certains points (méthodes comptables, valorisation des stocks, tableaux d’amortissement, etc.).

Les éléments principaux du compte de résultat

Le compte de résultat est divisé en deux colonnes : 

  • les charges (à gauche) ;
  • les produits (à droite).

Ces charges et ces produits sont classés selon leur nature :

  • L’exploitation (le cœur de l’activité) ;
  • La finance ;
  • L’exceptionnel.
Les éléments principaux du compte de résultat


Au niveau des charges d’exploitation, nous avons :

  • Les achats de matières premières et de marchandises (comptes de classe 60) ;
  • Les frais généraux (comptes de classe 61 et 62) ;
  • Les impôts et taxes (comptes de classe 63) ;
  • Les charges de personnel (comptes de classe 64) ;
  • Les autres charges de gestion courante (comptes de classe 65) ;
  • Les dotations aux amortissements et les provisions d’exploitation (comptes de classe 68).

Les charges financières sont tous les comptes de classe 66 (intérêts des emprunts principalement). Et les charges exceptionnelles correspondent aux comptes de classe 67 (pénalités, créances irrécouvrables, etc.).

Au niveau des produits d’exploitation, nous avons :

  • Les ventes de marchandises, de produits et de services (comptes 70), qui comptabilisent votre chiffre d’affaires ;
  • Les subventions d’exploitation (comptes 74) ;
  • Les autres produits divers de gestion courante (comptes 75) ;
  • Les reprises sur amortissement, dépréciation et provisions (comptes 78) ;
  • Les transferts de charges d’exploitation (comptes 79).

Les produits financiers sont classés dans les comptes 76 (produits issus des placements financiers, escomptes obtenus, etc.). Et les produits exceptionnels dans les comptes 77 (cessions d’éléments d’actif, dégrèvements d’impôt, etc.).

Le solde des produits et des charges est calculé en bas de chaque colonne. La différence entre les deux nous donne le résultat de l’exercice :

  • Produits supérieurs aux charges : bénéfice ;
  • Charges supérieures aux produits : perte.

Le compte de résultat, pour quoi faire ?

L’utilité du compte de résultat diffère selon l’utilisateur. L’administration, l’expert-comptable, le dirigeant, le banquier ou le contrôleur de gestion l’utiliseront de manière différente. Nous vous expliquons ici les principaux usages.

Modèle Excel gratuit : Compte de résultat différentiel
Construisez votre compte de résultat différentiel en suivant quelques étapes simples.
Télécharger 

Le compte de résultat classique pour un expert-comptable

L’expert-comptable utilise le compte de résultat classique, car il correspond aux normes du Plan Comptable Général (PCG). Le CR classique présente ligne à ligne tous les soldes de chaque compte. En général, l’expert-comptable dispose également des soldes des 2 années précédentes, ainsi que certains indicateurs, comme le % du compte de produit ou de charge dans le chiffre d’affaires. Ce CR permet à ce spécialiste des chiffres d’aller chercher plus précisément dans les comptes certaines anomalies ou sur-performances, pour aider leurs clients à se développer.

Il réalise aussi des contrôles sur certains comptes, pour attester la régularité et la sincérité du compte de résultat.

“Un expert-comptable détient de par la loi une prérogative exclusive d’exercice consistant en différentes missions, à savoir réviser, apprécier mais aussi tenir, centraliser, ouvrir, arrêter, surveiller, redresser ou consolider les comptabilités des entreprises et organismes auxquels il n'est pas lié par un contrat de travail. Il est également habilité à attester la régularité et la sincérité des comptes de résultats”.

Source : L’Ordre des Experts-Comptable


Le compte de résultat simplifié pour le business plan du dirigeant


Le business plan est un document qui présente les projections d’activité d’une entreprise sur plusieurs années. Il est conçu dans le cadre d’une création d’entreprise ou pour convaincre de nouvelles parties prenantes de rejoindre l’aventure (associés, investisseurs, organismes publics, banques). C’est la feuille de route de l’entrepreneur. Ce document est composé de deux parties :

  • la partie rédactionnelle ;
  • la partie financière.

Le compte de résultat prévisionnel est indispensable à la partie financière. En effet, il présente le volume d’activité de l’entreprise sur les années à venir. Or, contrairement au CR exhaustif de l’expert-comptable, le CR du business plan est :

  • Simplifié : il ne liste pas plusieurs dizaines de comptes, mais l’essentiel (chiffre d’affaires, charges d’exploitation, charges salariales, amortissements).
  • Prévisionnel : il sert à se projeter dans le futur et peut présenter plusieurs scénarios (pessimiste, normal et optimiste par exemple).

Le compte de résultat différentiel pour le contrôle de gestion

Le compte de résultat différentiel est un document financier qui distingue :

  • les charges variables : charges qui évoluent directement en fonction de votre chiffre d’affaires (les matières premières par exemple) ;
  • et les charges fixes : charges de structure, indépendantes de votre volume d’activité (loyer, rémunération du personnel et assurances par exemple).

Ce document est utilisé pour le contrôle de gestion (l’aide à la prise de décision). Pourquoi ? Parce qu’il met en lumière d’une part le niveau de risque de votre activité, et d’autre part, les objectifs de rentabilité (par produit, client, ou secteur géographique par exemple). En effet, les charges fixes et les charges variables permettent de calculer un indicateur qui doit vous intéresser : le seuil de rentabilité.

Le seuil de rentabilité (aussi appelé “point mort”), c’est le niveau de chiffre d’affaires à atteindre pour couvrir vos coûts. Au-delà de ce seuil, vous entrez en zone de profits. Cet indicateur de premier rang peut se décliner en fonction de votre comptabilité analytique et être analysé en volume de chiffre d’affaires, en unités de vente, en mois ou en jours d’activité.

Sa formule est la suivante : SR = Charges fixes / (CA - CV / CV)

Image illustrant un tableau pour calculer le point mort.


Et le seuil de rentabilité en jours de chiffre d’affaires se calcule ainsi : (Seuil de rentabilité/Chiffre d’affaires) * 365.

Comment construire un compte de résultat ?

D’un point de vue administratif, vous devez obligatoirement construire un compte de résultat à la fin de votre exercice comptable. Mais en termes de gestion, disposer d’un CR en cours d’année est très utile pour :

  • savoir où vous en êtes ;
  • analyser vos performances ;
  • mettre en place des actions correctives.

En résumé, c’est un très bon moyen de piloter votre entreprise en vous appuyant sur votre comptabilité.

Le CR se construit étape par étape : du plan comptable de l’entreprise, au traitement des données comptables, jusqu’à la présentation définitive. Nous vous expliquons tout cela ci-dessous.

Les étapes préalables à la construction d’un compte de résultat

La comptabilité est la matière première de votre compte de résultat. Ainsi, avant de le construire, vous devez vous assurer que :

  1. Votre comptabilité est à jour ;
  2. Les mouvements les plus importants ont été contrôlés ;
  3. Le cut-off a bien été réalisé (votre comptabilité présente l’ensemble des produits et des charges correspondant réellement à la période en question).

Ces 3 étapes vous assurent que les chiffres de votre CR sont le plus exact possible.

La récolte des données

Les données de votre CR sont extraites de votre comptabilité. Ici, vous avez plusieurs possibilités :

  • Votre expert-comptable vous transmet directement les chiffres (le plus souvent, sous forme de tableur), pour que vous construisiez vous-même le compte de résultat ;
  • Vous accédez directement à votre comptabilité, grâce à une plateforme web, mise à votre disposition par votre expert-comptable ;
  • Vous tenez votre comptabilité en interne. Dans ce cas, vous récoltez directement les données depuis votre logiciel de comptabilité.
  • Vous récupérez vos flux financiers depuis l’application bancaire de votre société (dans ce cas vous devrez faire un tri : nous vous en parlons juste après).

Le tri des produits et des charges

Cette étape de tri est nécessaire dans le cas où vous tenez vous-même votre comptabilité de trésorerie. Vous devez alors affecter à chaque flux financier (lignes du compte en banque de l’entreprise) une destination : charge ou produit. Faites bien attention, car une erreur d’affectation est vite arrivée. Ce tri doit être fait dans de bonnes conditions de travail (bloc de temps dédié exclusivement à cette tâche). 

Vous pouvez soit :

  • faire cette affectation directement depuis votre application bancaire (si celle-ci vous le permet) ;
  • télécharger votre relevé bancaire et faire l’affectation depuis un tableur (Excel, Google Sheets, etc.) . 
  • utiliser un logiciel de gestion de trésorerie comme Fygr, qui vous aidera à effectuer ce travail (récupération des données bancaires et catégorisation).

Veillez à bien répartir les charges et les produits en fonction de leur nature et à faire les retraitements nécessaires pour disposer uniquement des chiffres correspondant à la période étudiée. Par exemple, si vous avez payé le loyer annuel en février et que le compte de résultat que vous voulez établir est celui du premier trimestre, il vous faut prendre en compte uniquement 3 mois de loyers.


La synthèse des données dans un tableau

Maintenant que vous disposez de la bonne “matière première” (vos données comptables), celles-ci doivent être consolidées et réparties dans un tableau. Ici, la consolidation consiste à regrouper les charges et les produits par comptes principaux, de manière à avoir le solde de chaque compte sur la période. Ensuite, la répartition se fait par colonne (charges à gauche et produits à droite) et par ligne. Les lignes du compte de résultat doivent respecter un ordre précis, afin de pouvoir calculer des soldes intermédiaires de gestion (nous vous en parlons un peu plus bas).


image illustrant un exemple de compte de résultat.


Comment analyser votre compte de résultat ?

Outre l’obligation légale de présenter chaque année vos comptes à l’administration fiscale, le CR trouve tout son sens dans le cadre de la gestion de votre entreprise. Car c’est une véritable mine d’or. Vous y trouverez toute l’information nécessaire pour connaître et analyser vos comptes, vos marges, vos résultats et différents ratios de performance et de risque.

Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)

Les SIG sont des résultats intermédiaires qui permettent d’analyser les performances de l’entreprise. Les principaux sont :

  • Le chiffre d’affaires, qui mesure le volume des ventes sur une période.
  • La marge commerciale, qui mesure la différence entre le montant des ventes de marchandises et le coût d'achat des marchandises vendues.
  • L’EBE (excédent brut d’exploitation), qui mesure la richesse créée par l’activité de l’entreprise, sans tenir compte des résultats financiers, des résultats exceptionnels et de la politique d’amortissement.
  • Le résultat net comptable (RNC), qui représente le bénéfice ou la perte de l’entreprise sur une période : différence entre l’ensemble des produits et l’ensemble des charges.

Les SIG les plus pertinents diffèrent selon votre modèle d’affaires (prestation de services, achat-revente, production…) et votre objectif : création, présentation à des partenaires potentiels, communication interne, benchmarking, etc. Ils servent également à calculer des taux de marge, la répartition de la valeur ajoutée entre les parties prenantes de l’entreprise (actionnaires, banques, salariés, État) et des taux d’évolution (par exemple, le pourcentage d’évolution du chiffre d’affaires entre deux périodes.).

Les ratios pertinents

Un ratio, c’est un rapport entre deux variables. Par exemple le rapport entre le chiffre d’affaires et le nombre de clients. C’est une donnée très utile pour fixer des objectifs, faire des comparaisons (entre plusieurs périodes ou plusieurs entreprises par exemple) et mettre en évidence des risques et des opportunités. Les principaux ratios que vous pouvez analyser grâce à votre compte de résultat sont :

  • Le taux de charges financières (charges financières/chiffre d’affaires) qui met en évidence l’importance du coût des financements par rapport aux ventes.
  • La rentabilité globale (résultat net comptable/chiffre d’affaires) qui mesure le profit dégagé pour 1€ de vente.
  • Le ratio de productivité (chiffre d’affaires ou valeur ajoutée ou EBE / nombre de salariés).
  • Le panier moyen (chiffre d’affaires / nombre de commandes), très utile dans le secteur de l'e-commerce et des boutiques physiques.

Une multitude de ratios peut être calculée. L’essentiel est d’en identifier un minimum, et de les améliorer sur le long terme.

Le résultat net

Le résultat net, c’est la ligne d’arrivée. Il se calcule simplement, en faisant la différence entre l’ensemble de vos produits et l’ensemble de vos charges. Il sert de base pour calculer le résultat fiscal, sur lequel sera imposée votre entreprise.

Évidemment, l’objectif est de réaliser un résultat toujours plus important. Mais, un résultat net doit s’analyser en fonction de la maturité de l’entreprise. En effet, une entreprise en création pourra avoir un résultat très impacté par des coûts initiaux très importants (investissements, R&D, etc.).

Enfin, n’oublions pas qu’un résultat est uniquement une information comptable. Pour transformer celui-ci en trésorerie, vous devrez faire le parallèle entre compte de résultat et bilan, afin de vous assurer que l’argent rentre dans vos caisses, de la meilleure des manières.

Fygr, logiciel de pilotage financier
⚙️ Automatisez le suivi de votre trésorerie
📈 Construisez un prévisionnel fiable
👍 Et prenez les bonnes décisions
Essayer gratuitement
Partager cet article
Découvrez Fygr, le logiciel de pilotage financier des TPE, PME et startups.
⚙️ Automatisez le suivi de votre trésorerie
📈 Construisez un prévisionnel fiable
👍 Et prenez les bonnes décisions
Essayer gratuitement
Newsletter mensuelle
Pas de spam. Juste les dernières nouvelles de Fygr, des conseils pour mieux gérer les finances de votre entreprise et des articles pertinents dans votre boîte mail une fois par mois.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.